Tests

Test de la souris Pulsefire FPS d’HyperX

Si vous passez vos soirées à chercher des poulets dans PlayerUnknown’s Battlegrounds (vous savez de quoi je parle), vous savez surement qu’il est important d’avoir une souris légère et agile sous la main. Vous aurez bien du mal à atteindre le top 10 si vous n’avez qu’une énorme souris à disposition comme la Roccat Kone Aimo ou la Scimitar Pro RGB de Corsair. Vous aurez besoin d’une souris gamer rapide et avec laquelle vos réflexes pourront s’exprimer pleinement. Quelque chose, peut-être, comme la Pulsefire FPS d’HyperX.

Vous connaissez surement HyperX pour leurs barrettes de RAM et leurs casques gamer, beaucoup moins pour leurs souris. Et c’est logique, la Pulsefire FPS est la première souris de la marque. Et le fabricant a fait le choix de la sobriété, mettant de côté l’extravagance du rétroéclairage RGB et l’abondance (inutile ?) de réglages DPI.

pulsefire

HyperX a fait le choix de la simplicité et va droit à l’essentiel, mettant la Pulsefire en concurrence directe avec la Rival 110 de SteelSeries que nous avions d’ailleurs testée il y’a quelques temps. Vendue environ 50€ et pesant 95g, elle dispose de deux boutons latéraux et un autre sous la molette de défilement pour changer les paramètres de sensibilité DPI. Et c’est à peu près tout. Il n’y a pas de logiciel supplémentaire à installer. Il suffit de la brancher et la Pulsefire est prête à l’emploi. Difficile de faire plus simple.

La sobriété avant tout

 

Bien sûr pas de logiciel signifie que vous ne pouvez pas personnaliser les boutons latéraux mentionnés plus haut. Leur utilisation se limitera donc à des clics en avant et en arrière lorsque vous naviguez sur le Web. C’est suffisant si vous vous contentez de surfer, beaucoup moins si vous aimez enregistrer vos propres macros.

Ce manque rend d’office la Pulsefire FPS beaucoup moins flexible et polyvalente que la Rival 110. C’est problématique si on prend en compte le fait qu’elle coûte légèrement plus cher. Comme vous pouvez le vérifier dans notre test de la Rival 110, il y’a des dizaines d’options disponibles pour configurer ces deux boutons lorsque vous téléchargez le logiciel SteelSeries Engine 3. Ils vous permettent d’assigner n’importe quelle touche du clavier ou des raccourcis du système d’exploitation en quelques clics. J’ai également trouvé ces boutons latéraux plus accessibles avec le pouce sur la souris de SteelSeries que sur celle d’HyperX, mais c’est purement personnel.

pulse2

La Pulsefire FPS a une forme très similaire à celle de la Rival 110. Elle est en grande partie symétrique mais toujours conçue en priorité pour les droitiers. Ses boutons sont placés un peu plus hauts, ce qui les rend moins pratiques si vous aimez reposer votre main sur votre tapis de souris.

Des boutons mal placés

 

Encore une fois cette impression peut varier en fonction de vos habitudes et de la taille de votre main. En ce qui me concerne j’ai trouvé l’utilisation de la Pulsefire FPS fatigante à la longue et j’ai fini par abandonner l’idée de me servir des boutons latéraux pour passer d’une page Web à l’autre. Cliquer directement sur les flèches du navigateur était finalement plus pratique que devoir repositionner mon poigner constamment pour atteindre ces boutons.

pulse side

Le bouton de réglage DPI central vous limite à seulement quatre paramètres de sensibilité prédéfinis. C’est encore une fois assez restrictif si on compare aux choix laissés par la Rival 110. Par défaut la Pulsefire FPS est réglée sur 800 DPI. C’était un peu lent pour moi pour les tâches informatiques quotidiennes, j’ai donc poussé au réglage suivant de 1600 DPI. J’ai retrouvé des sensations confortables et proches de mes habitudes. Et je suppose que ça sera tout à fait adapté à la plupart des utilisations. Vous pouvez également monter à 3200 DPI si vous aimez les sensibilités très élevées. Ou descendre à 400 DPI si vous cherchez la précision à tout prix. Toujours utile pour ceux qui aiment changer de paramètres lorsqu’ils snipent par exemple.

La Rival 110, encore elle, permettait de son côté de régler les paramètres DPI par tranche de 100 entre 200 et 7200 DPI. A vous de voir si un contrôle aussi poussé est important, personnellement je ne change de toute façon quasiment jamais ce réglage et me contente tout à fait d’une sensibilité normale.

Le choix du confort

 

Au vu de la tournure de ce test cela va probablement vous suprendre, mais j’ai finalement préféré la Pulsefire FPS. Ses côté caoutchoutés étaient plus agréables au fil de la journée que la forme plus standard et basique de sa concurrente. J’ai trouvé la Rival 110 moins confortable que la Pulsefire. Et j’ai rapidement réalisé à quel point ses côtés en plastique texturé sont rugueux comparés au matériau lisse et doux choisi par HyperX.

pulse desk

Je n’ai donc pas de problème à payer quelques euros de plus pour une souris plus agréable en main, même si en pratique elle manque de fonctionnalités. Personnellement je peux vivre sans avoir toujours ses deux boutons latéraux à disposition. Et les options DPI prédéfinies sont tout à fait raisonnables en dépit du fait qu’elles ne sont pas modifiables. Le capteur PixArt 3310 HyperX utilisé ici est largement assez précis pour jouer. Et les grands patins sous la Pulsefire FPs ont glissé à merveille sur mon tapis de souris, facilitant tous les déplacements.

Autre point négatif à souligner malgré tout, les commutateurs Omron sous les boutons de clic gauche et droit sont très bruyants. A vrai dire je remarque rarement le bruit des clics malgré le nombre de souris que j’ai l’occasion de tester. Mais la Pulsefire est vraiment loin d’être silencieuse. J’en arrive à me demander si HyperX ne s’est pas inspiré des claviers mécaniques pour produire une souris aussi bruyante. Fort heureusement le retour tactile est excellent. Encore une fois c’est quelque chose dont je peux faire abstraction, mais ça ne sera peut-être pas au gout de tout le monde.

Points positifs : 

  • Confortable
  • Légère et agile
  • Prix raisonnable

Points négatifs : 

  • Manque de fonctionnalités
  • Placement de boutons à revoir
  • Seulement 4 réglages DPI

 

Test de la souris Pulsefire FPS d’HyperX
Note

Pulsefire FPS

Design
Confort
Fonctionnalités
Rapport Qualité Prix

Certains d’entre vous favorisent la personnalisation sur le confort. Dans ce cas la Pulsefire FPS n’est pas faite pour vous. Par contre si vous cherchez avant tout une souris confortable, agile et rapide elle mérite définitivement votre attention. Elle plaira aux amateurs de FPS qui cherchent une petite souris légère et abordable et qui n'ont pas besoin de macros ou d'options de personnalisation poussées.

Obtenir au meilleur prix
User Rating: Be the first one !
Voir plus

Du même auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *