ActualitéJeux Vidéo

Ubisoft: Bolloré veut en finir avec son rachat

Vivendi est un géant des médias Français. Ce nom ne vous dit peut être rien, mais celui de Canal+ et d’Universal Music, qui font tous deux partis de ce groupe, vous fera comprendre son ampleur. Aujourd’hui, Vivendi semble vouloir mettre la main sur Ubisoft.

Vivendi: une politique d’acquisition massive

Vivendi est très connu pour son empire médiatique. En effet, il possède déjà Canal+, iTélé (ou CNews), C8, CStar, Dailymotion… La liste est longue. L’acquisition majeure, qui a fait couler beaucoup d’encre, est celle du groupe Canal+. En effet, après ces acquisition, des mouvements de grève ont eu lieux, en particulier chez iTélé. Ce groupe est dirigé par Vincent Bolloré ; il a par ailleurs été annoncé PDG du groupe il y a quelques jours.

Bolloré, futur propriétaire d'Ubisoft
Bolloré, Photocall du festival automobile international 2014.

Le Gargantua de la télé ne semble pas vouloir s’en arrêter là. En effet, les jeux vidéos semblent être dans la ligne de mire de Vivendi. Vous comprendrez donc pourquoi il veut s’emparer d’Ubisoft. Ce sera la 2è acquisition du groupe dans ce domaine, après Gameloft l’année dernière.

Un bras de fer qui dure…

Cependant, Ubisoft n’est pas décidé à se laisser faire. Son action est passée de 17€ à 43€ en moins de 2 ans. Et la famille de son fondateur, Yves Guillemot, possède 13% des actions. Cependant, ce chiffre est inférieur à celui de la part de Vivendi, qui est de 25%. Cependant, la famille Guillemot possède 19% des droits de vote d’Ubisoft, ce qui lui confère un pouvoir comparable, même si inférieur, à celui de Bolloré. Vous aurez compris que les relations entre les deux entreprises ne sont pas des plus amicales.

Vivendi ne peut pas se vanter d’être en aussi bonne santé qu’Ubisoft. Son action a baissé de 5% depuis mi 2015, même si elle semble être en train de remonter ces derniers mois.

Cependant, Vivendi, qui semble déterminé, va lancer une OPA. OPA signifie Offre Publique d’Achat ; elle consiste à proposer à tous les actionnaires d’Ubisoft de racheter leurs actions. Il va sans dire qu’elle est hostile, et contre la volonté d’Ubisoft.

Logo du groupe Vivendi
Logo du groupe Vivendi

Pour illustrer l’enjeu de tout cela, je ne peux que citer le fondateur d’Ubisoft, Yves Guillemot: “Ce groupe ne saura pas faire grandir notre entreprise ni la faire prospérer. Nous pensons que Vivendi ne comprend pas le métier du jeu vidéo, et va s’y fourvoyer. Nous n’avons pas envie d’être passagers d’un bateau qui va échouer au fond de l’océan.”

Pourquoi le rachat d’Ubisoft vous concerne

Ubisoft, c’est ce géant du jeu vidéo que nous aimons tous. De Rayman à Watch Dogs, en passant par Just Dance, Rainbow Six et Assassin’s Creed, vous avez forcément déjà joué à un jeu Ubisoft. C’est aussi une entreprise créatrice d’emplois, avec ses nouveaux sites à Bordeaux et à Berlin il y a une semaine. Considérée comme créatrice de jeux vidéos indépendants, il se pourrait que cette indépendance prenne fin.

Petit tour de l'univers Ubisoft
Petit tour de l’univers Ubisoft

On peut espérer que l’OPA soit trop coûteuse à Vivendi, et qu’elle préfère racheter une entreprise de jeux en Chine. Cependant, l’espoir est mince. L’indépendance d’Ubisoft est en effet primordiale à sa créativité, et, par conséquent, à la qualité des jeux. A titre personnel, j’imagine difficilement un jeu aussi original que les Lapins Crétins développé par une multinationale.

Si cet article vous a plu, ou que cette information est importante à vos yeux, n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux !

Ubisoft: Bolloré veut en finir avec son rachat
Note
Voir plus

Du même auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *