Tests

Test de God of War 4 : L’OGRE DE BARBARIE

On a vu Kratos dans un bain de sang dans la chronologie officielle après avoir fait passé un mauvais quart d’heure à tout l’Olympe toujours sans trouver le repos. Et puis 8 ans plus tard, en temps humain, on le retrouve dans un épisode que l’on dirait sous forme de reboot à Midgard. Pendant ces quelques années écoulées, personne ne sait ce qui s’est passé. Seulement maintenant, il est avec son fils et avec cela, une nouvelle caméra derrière lui, il a également abandonné ses Lames du Chaos et a opté pour une Hache-boomerang pour fendre des crânes. Kratos est bien reparti avec ce chapitre, avec un système de combat amélioré, une barbe bien taillée et la caméra retravaillée. Quelle que soit la configuration du jeu, il sera toujours très beau, car il n’y a rien à dire concernant le graphisme. Voici notre test de God of War 4 pour vous donner un aperçu total du jeu.

Test de God of War 4 : Une caméra amplement améliorée

Lors du preview, on craignait d’avoir une caméra assez problématique. Heureusement, ce n’est pas le cas. On remarque qu’on gère facilement au final les spawns en difficulté par défaut grâce aux indications d’Atreus et des foules moins nombreuses.

Lors de notre test de God of War 4, bien que nous ayons uniquement des flèches à titre de radar, il suffit de choisir des coins sécurisés. En plus, on ne dispose pas d’un bouclier assez puissant qui s’active dans les meilleurs délais. Même si au début, le jeu semble être compliqué, on n’aura qu’à débloquer les attaques de mêlée pour nous faciliter la tâche.

Test de God of War 4

Lire aussi Extinction pour PlayStation 4 à travers ce lien.

Un paysage des plus impressionnants

Comme tous les jeux cultes, God of War est tout ce qu’il y a d’impressionnant dans sa conception. Avec son environnement enneigé on ne peut plus riche et dont on ne peut s’en lasser. Le jeu va au-delà d’un simple décor monotone, on ne peut quand même pas rester indifférent face à la beauté de la nature.

Aussi, on a la chance de découvrir une colonie ruche paradoxalement splendide avec son côté obscure. Difficile de garder la bouche fermée face à la multitude de couleurs présente à l’écran. Par ailleurs, on aura le temps de marquer le passage via le mode photo en immortalisant chaque indication préférée qu’on préétablisse à l’écran.

Kratos : un personnage frôlant l’ennui

Lors de notre test de God of War 4, on a trouvé un petit défaut : Le rôle de Kratos. Même si cela s’avère minime, il peut pratiquement gâcher une grande partie du plaisir du jeu. Si on parvient à tout cerner, cela permettra de voir à quel point le jeu raconte véritablement la complexité de la parentalité.

Comment être un bon père quand on a du mal à gérer un monde qui rend parfois impuissant avec les blessures. Toutefois, on n’arrive quand même pas à un point où l’on souhaite formater son caractère ennuyant.

Test de God of War 4

Et oui, qui l’aurait cru, Kratos un père qui est à fond dans son rôle. Mais au fur et à mesure où l’on progresse dans le jeu, son caractère évolue et on le reconnait de plus en plus avec sa barbe. De plus, il est plus naturel de le voir déboiter des nuques, de tuer brutalement et tout, que de le voir se transformer en gentil ou méchant papa.

Par contre, la mise en scène est fort plaisante, contrairement à l’écriture. God of War a réussi à étirer toute son histoire en un seul plan-séquence. C’est pour dire qu’il n’y a presque aucune cut-scene ni rien d’autre qui va l’interrompre par exemple un fondu au noir ou un contre champ.

«  Gamer sur PC, on vous propose en exclusivité notre guide du meilleur clavier PC gamer sur notre site »

On ne remarque même pas la différence entre l’artifice et l’épisode original. La caméra nous emmène à la découverte d’une partie du décor pour ensuite revenir dans le dos de Kratos. On ne se perd pas du tout, car le jeu est uniforme et fluide en même temps.

On en déduira que les scénaristes ont bien réfléchi pour donner un résultat divertissant. On visualise des fois des passages forcés ou une caméra assez bousculée, mais n’empêche, tout a bien été étudié. La performance est assurée par une discrétion et une inventivité extraordinaire.

Test de God of War 4 : Les liens du sang

Kratos et Atreus finiront par renforcer à nouveau leur lien dans le gameplay. Ce sera bien plus que dans l’écriture. On peut bien tomber sur un angle de caméra un peu insisté sur le duo et on craint parfois de céder la place à « The Last of God of War ». On se perd un peu quand on désire revendiquer cet héritage.

L’épisode assez contraignant se démarque par la présence des plates-formes qui sont des grosses marques. Pour envoyer des flèches ou bien des haches, on voit des éléments du décor brillés. Il y a également des coffres à dévoiler pour avoir des sceaux. Ce n’est pas vraiment palpitant quand on le décrit ainsi, mais une fois sur le jeu, on replonge dans l’excitation.

Tout se joue en effet sur les environnements qui ne cessent de nous emporter par leur splendeur. Notre test de God of War 4 nous a permis aussi de nous rendre compte à quel point le système de combat est vraiment intéressant.

Test de God of War 4

Ne manquez pas de trouver notre test d’accessoires gaming pour profiter de vos jeux favoris à travers notre article test.

Test de God of War 4 : Qu’en est-il de la prise en main ?

Sincèrement, tout au long du test de God of War 4, les commandes ne sont pas vraiment intuitives quand il s’agit de la configuration des commandes. Cela se constate via les raccourcis pour certains pouvoirs ou bien pour faire le tour à 180°.

Pour Dark Souls et God of War, on peut bénéficier d’un large choix de configuration pour prévenir les embrouilles. Cela s’applique malgré le fait qu’on s’emmêle à travers les armes lorsqu’on joue après plusieurs heures. Les sensations fortes sont au rendez-vous et c’est une véritable surprise pour une série telle que God of War.

Test de God of War 4

On ne pense plus aux lames du Chaos qui n’interviennent pas du tout lors de la course des ennemis. Il n’y a plus qu’à attendre après une cinématique bien traitée pour détenir les sensations voulues. Chaque coup entrepris semble être une récompense, car la rage est vraiment ressentie. Quand Kratos et Atreus deviennent de plus en plus compétents, les ennemis sont faciles à maîtriser.

Cet épisode est bien différent de God of War : Ascension, car on n’a plus à réaliser des combats à combos. Quand on joue des heures et des heures, on se laisse emporter par l’évolution des armes comme la hache et les flèches. Même si tout cela n’est pas suffisant pour étouffer le manque d’armes à disposition.

Par ailleurs, on peut bien voir le recyclage de certains épisodes qui redonne une impression de répétition. Mais les différents enchainements sont réjouissants donc on prend plaisir à autre chose. Atreus prendra note dans son carnet les meilleures techniques de combat à choisir selon la cible à atteindre. C’est quand même insuffisant quand on doit se confronter aux téléportations des sorcières.

Un système de jeu plus complexe et plus complet

On constate également que le mode jeu reçoit une amélioration et de nouveaux points particuliers sur lesquels on doit faire attention. Notre test de God of War 4 nous a permis de nous rendre compte que les notions d’expériences, de perks et de loot deviennent plus profondes.

Une simple pression sur le pavé tactile et on retrouve sur l’affichage tout un panel de stats qui s’alignent dans une interface avec des sous onglets partout et des sous catégories à ne plus en finir. Le système est devenu vraiment plus que complet quoiqu’un peu plus complexe. Mais on pourra quand même s’y faire une fois habitué au jeu.

Test de God of War 4

On vous conseille également de tout mettre sur le Livret Ecureuil d’Atreus. L’idéal serait d’affaiblir et d’étourdir les ennemis pour les tuer presque immédiatement au lieu de voir le combat prendre petit à petit son temps et s’éterniser. Car les combats dans ce jeu sont carrément brutaux et gores. Une pensée pour la famille des loups garous qui a dû être exterminée, car elle était au mauvais endroit au mauvais moment.

Mais lorsqu’on dit loot, on dit automatiquement aussi craft. C’est un point important et même indispensable pour freiner les attaques ennemies, car ils deviennent de plus en plus forts et brutaux au fur et à mesure que l’on progresse dans le jeu.

Donc le crafting est essentiel lorsqu’on rencontre un combat perdu d’avance dû à la différence flagrante de niveau entre le personnage et les ennemis. Pour ceux qui se contenteront de juste finir l’histoire, la progression et les level-up se font naturellement. Pas à pas, on dispose d’un ou de deux coffres bien garnis après chaque zone.

Test de God of War 4

Mais on ne pourra jamais trouver plus d’items et gagner plus d’expériences en ne suivant que le cours de l’histoire. Le mieux serait de faire de nombreux détours, pour ainsi obtenir les stats nécessaires et plus de pouvoirs. God of War démontre le moindre changement esthétique, du pommeau de la hache aux cuirasses. On peut retrouver des éléments qui donnent aussi accès à de nouvelles perks ainsi que de nouvelles améliorations et augmentations parfois trop contextuelles.

Notamment des talismans, des protections contre le givre ou le feu à cumuler et beaucoup d’autres bonus qu’il faut rechercher pertinemment de menu en menu. Mais cela peut aider énormément dans l’amélioration de votre style de jeu, vous pouvez tenter de nouvelles combinaisons en fonction des pouvoirs qui vous seront disponibles. Certains sets par exemple privilégient l’attaque de base, d’autres la magie runique, et ainsi de suite.

Test de God of War 4 : L’exploration et la progression

Bref, ce test de God of War 4 montre à quel point le jeu est non seulement sublime et brutal, mais il est finalement beaucoup plus riche, beaucoup plus prenant et bien plus engageant que ce que laissaient supposer les premières heures de jeu.

C’est un jeu très complet et qui demande beaucoup de temps pour perfectionner au max les capacités de son personnage (Une bonne chaise gamer pas cher et confortable sera donc de mise). Une fois entrés dans leur véritable aventure, Kratos et Atreus auront le loisir d’explorer les environs de Midgard et de revenir sur leurs pas pour débloquer de nouveaux passages et des coffres en prime avec la bonne capacité en poche.

En dépit du fait que le jeu conçoit une ligne conductrice en permanence, illustrée par ce point jaune sur la boussole, on a également de nombreuses quêtes annexes. La plupart viennent des forgerons nains par exemple, et cela permet dans un premier temps de débarquer sur d’autres ilots. Ou bien de s’aventurer dans des zones à part.

Cela favorise toujours l’exploration des zones ainsi que votre progrès personnel. Parce que le jeu ne cesse de surprendre par son étendue dans les dix premières heures. Pour ne pas se perdre par toutes ces destinations, on peut toujours utiliser la boussole, heureusement. Car elle indique précisément le cap à suivre avec de grandes flèches. C’est encore plus fiable que la carte, qui n’est pas toujours claire même en poussant le zoom au maximum.

Test de God of War 4

Conclusion

Voilà notre avis et notre test de God of War 4. Le titre revient plus solide comme jamais, avec beaucoup de brutalité même dans les premières minutes de jeu. Durant ce titre, qui est tout à fait un exploit en soi, il emmène avec lui son fils Atreus pour un système de jeu en tandem maitrisé à défaut d’innover. Cela offre finalement à la série un gameplay à sa hauteur.

Et même si l’écriture père-fils parait ennuyante, barbante et stéréotypée, ce jeu a un tel impact que l’on arrive à oublier les redondances et les quelques défauts constatés et on apprécie finalement ce nouveau départ qu’il nous propose.

En effet, il faut passer un minimum d’une vingtaine d’heures pour commencer à voir et à apprécier ce God of War. Il vous faut faire de nombreux aller-retour pour pouvoir débloquer de nouveaux coffres, de nouvelles destinations, sur des zones annexes indépendantes de l’histoire et des missions principales.

Heureusement qu’on ne rentre jamais bredouille entre tous ces voyages. Il y a toujours quelque chose à débloquer quelque part et cela en vaille carrément la peine. Le jeu s’offrant même plus tard le luxe de débloquer toujours plus de défis, des arènes à enchainer, et beaucoup d’autres challenges. À part les défis intégrés à la quête principale, on peut retrouver des bosses encore plus brutaux et bien plus forts que le boss final de l’histoire.

Alors, il faut encore augmenter les heures de jeu pour être encore plus fort afin de les battre. Cela si vous êtes plus aventurier et que vous vous intéressez à finir le jeu à 100%. Il y a également d’autres modes de difficultés qui ne seront pas une masse à faire. God of War 4 est un jeu presque parfait sur tous les plans et il est fort probable que vous risquez d’en baver pour le finir totalement. Si vous y avez déjà joué, sachez que nous pouvons très bien vous proposer la méthode pour débloquer la cinématique de fin de God of War 4 ici.

Test de God of War 4 : L’OGRE DE BARBARIE
Note
Voir plus

Du même auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *