Tests

Test du casque gamer Sennheiser GSP 600

C’est probablement stupide d’être excité pour si peu, mais le nouveau « curseur de pression » de Sennheiser sur leur casque gamer GSP 600 a vraiment attiré mon attention quand il a été annoncé au CES CESAN. Ce n’était pas tout à fait clair à l’époque grâce à la description plutôt vague de Sennheiser dans ses documents de presse, mais cela me donnait l’espoir que peut-être nous pourrions en finir avec ces bandeaux de casque inconfortables.

En fait, les curseurs de pression de contact de Sennheiser sont très similaires à ceux que vous trouverez sur le casque Turtle Beach Elite Pro. Situés de chaque côté du bandeau rembourré, ces morceaux de plastique mobiles permettent au casque de répondre à ceux qui ont des crânes plus larges que la moyenne. Glissez-les vers les oreillettes, par exemple, et le casque se plie beaucoup plus facilement vers l’extérieur que si elles sont toutes deux droites vers le milieu du serre-tête, ce qui facilite l’ouverture et l’ajustement sur vos oreilles.

gsp 600

Je ne pouvais pas vraiment voir de réelle différence quand j’ai testé le Turtle Beach Elite Pro, mais ici l’effet est très prononcé, donnant au GSP 600 une élasticité surprenante pour un casque aussi volumineux. C’est toujours un relativement serré, même sur son réglage de curseur le plus large possible, mais c’est une souplesse bienvenue qui commence à rendre son prix plutôt conséquent de 249€ un peu plus acceptable.

GSP 600 : un confort imparfait

Malheureusement, même cela n’a pas suffi à empêcher le GSP 600 de devenir graduellement un serre-tête surdimensionné après environ une demi-heure. Comme d’habitude, je n’ai eu aucun problème avec les oreillettes en peluche du casque. Celles-ci étaient à la fois assez grandes pour englober complètement mes oreilles et la douce finition en faux cuir les a rendues très confortable sur mes joues. J’ai aussi été très sensible au gros volume du bouton de l’oreille droite, car qui n’aime pas un gros bouton de volume?
gsp 600_2

Hélas, le bandeau du GSP 600 n’avait tout simplement pas assez de rembourrage à mon goût, et j’ai dû le déplacer continuellement pour l’empêcher de trop appuyer sur ma tête. Peut-être que le problème vient de moi et que vous n’aurez rien à redire car j’ai toujours des problèmes avec les bandeaux de casque à moins qu’ils optent pour le style masque de ski comme le Steelseries Arctis 7 (ou Arctis Pro). J’imagine que la plupart des gens seront probablement très satisfaits de l’ajustement offert par le SGP 600, mais ne dites pas que vous n’avez pas été prévenu.

Un microphone qui fait des siennes

 

Un autre reproche que j’ai avec le GSP 600 concerne le microphone fixe. Comme le GSP 350 avant, il s’active en déplaçant le bras de la perche vers votre bouche et se désactive en le soulevant de nouveau. À moins de vous assurer qu’il est aussi loin que possible, cependant, il n’y a pas d’indication claire ou tactile que vous avez l’avez arrêté correctement comme un clic ou une lumière LED. De sorte que vous pourriez être en train de boire une tasse de thé sans vous rendre compte que vos camarades peuvent parfaitement vous entendre.
gsp 600_3

Il s’agit plus d’une question de préférence personnelle qu’autre chose – il n’y a rien de plus simple qu’une simple pression sur un bouton – mais je n’ai pas non plus été impressionné par la qualité d’enregistrement de ma voix. Je pouvais toujours comprendre ce que je disais, mais la façon dont le micro tombe tout près de votre bouche semblait étouffer mes paroles. Comme si vous parliez à travers une écharpe en laine. J’ai réussi à le déplacer un peu plus loin en forçant un peu. Mais je n’ai pas eu l’impression de pouvoir le déplacer latéralement et le son est resté un peu décevant à mon goût.

Le rendu audio ne plaira pas à tout le monde

En tant que casque, le GSP 600 a un parti pris précis en ce qui concerne la partie basse du spectre audio, ce qui peut convenir davantage aux goûts des uns qu’aux autres. Personnellement, je ne suis pas un grand fan. Dans Doom, par exemple, j’ai trouvé que sa bande-son basse, rapide et lourde, manquait parfois de nuances. Et je ne pouvais pas vraiment entendre le doux bruit des crânes de démons explosés à moins que je ne hausse le volume.
gsp 600_4

À des volumes plus faibles, ils avaient tendance à être submergés par le boom des pistes de combat sous-jacentes du jeu. Mais l’augmenter avait tendance à faire saturer les fusils à plasma, pour un rendu assez peu agréable.

Certaines personnes pourraient apprécier ce genre d’approche de la musique de jeu, mais cela peut aussi rendre la narration assez plate dans des jeux plus calmes. Les voix qui hantent la tête de Senua dans Hellblade par exemple ont fini par être submergées par le tonnerre et les bruits environnants. D’autres casques, quant à eux, ont réussi à envoyer des frissons dans ma colonne vertébrale en écoutant le monologue d’ouverture du jeu, mais celui-ci m’a laissé un peu froid.

Un son surround convaicant

 

La même chose s’est produite lors de l’écoute de ma collection musicale via iTunes. Les instruments plus aigus comme les violons et les pianos dans les pistes orchestrales de Final Fantasy XV, par exemple, semblaient constamment avoir du mal se faire entendre. Et même quand c’était le cas, ils semblaient plutôt sourds et muets par rapport aux autres casques que j’ai porté par le passé.
gsp 600_5

Cependant, les chansons pop et rock se sont mieux comportées, car les basses de ce casque donnaient aux chants et à la musique d’accompagnement une certaine chaleur bien plus en accord avec mes goûts. Rien ne semblait être éclipsé par quoi que ce soit d’autre, et bizarrement j’ai ressenti la même chose quand j’ai démarré Final Fantasy XV et écouté sa musique dans le jeu. De même, la sensation de son surround du casque était excellente. Dans Doom, j’étais capable de repérer avec précision d’où venaient les tirs d démons. Et l’audio binaural de Hellblade donnait l’impression de tourner avec précision tout autour de ma tête.

Conclusion

 

En conséquence, les jeux avec des bandes sonores plus traditionnelles comme FFXV seront probablement très bien sur le GSP 600. C’est seulement une fois que vous commencez à virer vers des jeux particulièrement bruyants ou silencieux que vous commencez à voir les défauts apparaitre.

 

Mais malheureusement, il ne devrait pas vraiment y avoir de failles si importantes pour un casque à 249€. Et son microphone légèrement décevant avec son ajustement incertain n’aident pas vraiment les choses. Oui, c’est bien que vous ayez deux câbles audio tressés de 3,5 mm dans la boîte. Un avec des prises casque et microphone séparées et un qui combine les deux pour les ordinateurs portables. Mais pour moi le Steelseries Arctis 7 reste le meilleur choix.

 

 

Test du casque gamer Sennheiser GSP 600
Note

Sennheiser GSP 600

Confort - 7
Son - 7.5
Fonctionnalités - 7.5
Rapport Qualité Prix - 6.5
User Rating: Be the first one !
Voir plus

Du même auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *