Mastodon : un nouveau réseau social, remplaçant de Twitter ?

Créé en octobre 2016 par le jeune Allemand Eugen Rochko, Mastodon rejoint les rangs de nombreux réseaux sociaux sur la Toile. Afin de simplifier sa présentation, il est souvent comparé à Twitter. Il diffère pourtant beaucoup de Twitter. Tout jeune dans l’univers des « social networks », le « mastodonte » pourra-t-il devenir aussi influent que le petit oiseau bleu qui a révolutionné la communication ?

mastodon-1png

Toots à la place des tweets : nouvelle plateforme de microblogging

Si sur Twitter, on tweet, sur Mastodon, on poste des toots (ou des pouets, version française). Que peut-on faire sur la nouvelle plateforme sociale qui risque de bousculer les réseaux existants? Nous pouvons y mettre des messages et des liens. Twitter propose aux utilisateurs 140 caractères pour s’exprimer de manière concise et efficace.

Mastodon leur laisse un peu plus de place avec 500 caractères maximum. Il s’agit d’un réseau open source libre et décentralisé.

Comme le réseau est indépendant de systèmes monopolistes, chaque utilisateur qui rejoint la plateforme a le droit de choisir un des nombreux serveurs pour son compte. Toutes ces instances sont connectées, ce qui signifie que l’on peut communiquer avec les utilisateurs qui ont choisi une autre instance.

De plus, chacun peut créer une instance et déterminer les règles qui concerneront les utilisateurs liés à ce domaine spécifique.

 

Pas de pubs sur Mastodon

Dès qu’on se connecte à mastodon.social, on se rend compte de la facilité avec laquelle on s’en sert et de la similitude à Twitter. Avec quatre colonnes de gestion, aucune difficulté à se débrouiller sur Mastodon.

Contrairement au réseau du petit oiseau bleu, les messages sur Mastodon se présentent dans un ordre chronologique.

Etant donné que les publicités et les publications sponsorisées inondent les géants des réseaux sociaux, notamment Facebook, Mastodon a un grand atout par rapport à ces concurrents : pas de publicités ! A ceci s’ajoute l’option grâce à laquelle on choisit si nos messages seront privés ou publics.

Notons que les logos du nouveau réseau sont bien sympathiques. Sur un visuel, on voit un mastodonte qui semble très content avec son petit appareil. Sur l’autre, il est dans l’air porté par sept oiseaux rouges et jaunes (un clin d’œil à Twitter?).

mastodon-3

Avec Mastodon, Twitter a-t-il trouvé un concurrent ?

A ce jour, la plateforme compte déjà des centaines d’instances, des dizaines de milliers d’utilisateurs et plus d’un million de pouets. Il s’agit alors d’un afflux important d’utilisateurs qui y retrouvent la fraîcheur et la liberté qu’ils ne peuvent plus trouver sur Facebook ou Twitter, débordés de messages, d’images et de publicités.

Le nouveau réseau a fait le tour du monde. Le nombre d’utilisateurs qui arrive sur la plateforme cause déjà des soucis : il est impossible actuellement de se connecter sur ses serveurs principaux.

Son fondateur, Eugen Rochko dit qu’il avait essayé d’éviter sur Mastodon toutes les erreurs qu’il remarquait sur Twitter.

On verra pourtant ce que deviendra Mastodon. Son début s’annonce bien et de plus en plus d’utilisateurs rejoignent la plateforme dans la recherche d’un réseau nouveau et frais. Dépasser plus de 300 millions d’utilisateurs actifs de Twitter et plus de 1,59 milliards de connectés sur Facebook (données de décembre 2015, aujourd’hui probablement plus de 2 milliards) semble bien une mission impossible. Mais qui sait !

Share this post

Aucun commentaire

Ajoutez votre commentaire