le gun anti-drone de chez DroneShield

La société Australienne DroneShield a créé un énorme fusil portable pour pouvoir enlever les drones indésirables de l’espace aérien.

Les drones qui étaient à l’origine utiliser que par les professionnelles se sont maintenant démocratiser et n’importe qui peut s’en procurer au magasin du coin. Leurs usages ont beau être réglementer, il y a toujours des gens qui font survoler leur drone là où il ne le devrai pas.

droneshield_footage_stills09_final-1

C’est pour « éliminer » ces vols illégaux que le « tactical drone jammer  » ou « brouilleur tactique de drones » a été créé.

Cette arme de près de 6 kilos permet de descendre un drone à une distance de 2 kilomètres, bien sûr il n’y a pas de projectile ou d’explosion. Cette arme utilise à la place plusieurs techniques de brouillage : GPS, fréquences radio et GLONASS (le système de navigation des satellites russes). Ainsi, il force simplement le drone à atterrir ou le renvoie vers son point de départ.

Son utilisation est illégale

Pour l’instant, l’exploitation et la commercialisation de technologies qui perturbent les signaux GPS, radio ou de téléphonie mobile sont interdites dans la plupart des États. Le Tactical Drone Jammer ne peut donc être mis en vente ni en Australie ni aux États-Unis… ni ailleurs dans le reste du monde.

Il existe pourtant d’autres technologies du même genre. Par exemple, le centre américain de recherches en technologies Battelle a développé un DroneDefender qui utilise la fréquence radio pour le bloquer et le faire atterrir. L’entreprise britannique OpenWorks Engineering SkyWall a également mis en place des fusils et d’autres systèmes de capture à l’aide de filets. Mais les concepteurs doivent encore tous plancher sur des versions légales ou espérer un assouplissement des règles en matière de brouillage d’ondes.

Share this post

Aucun commentaire

Ajoutez votre commentaire