Facebook condamné par la justice belge

C’est une première mondiale, Facebook devra arrêter de traiter et tracer les habitudes de navigation des personnes qui surfent sur internet en Belgique, a décidé lundi le tribunal civil de Bruxelles siégeant en référé. La société californienne a 48h pour stopper tout ce « tracking » sous peine de devoir payer 250.000€ par jour à la Commission belge de protection de la vie privée (CPVP).

Facebook

Une histoire de cookies

«Facebook place des cookies qui retiennent qu’un internaute a visité une page Facebook, par exemple celle d’un ami, mais aussi qu’il a visité la page d’une chaîne de magasins, d’un parti politique, d’un groupe d’entraide ou d’une autre association. Ainsi, ils conservent des cookies sur les intérêts éventuels et les préférences des internautes.

Ces cookies continuent d’exister pendant deux ans et Facebook peut les consulter à chaque fois qu’un internaute arrive sur une page Facebook ou sur la page d’un site où il peut ‘liker’ ou recommander (le contenu) à d’autres utilisateurs de Facebook», explique le tribunal.

Facebook se défend

Le géant américain annonce déjà sa volonté de faire appel de la décision de justice :

« Nous avons utilisé le cookie de « datr » pendant plus de cinq ans afin de sécuriser l’utilisation de Facebook pour 1,5 milliard de personnes à travers le monde.

«Les responsables vont donc faire appel de cette décision et travailler à la minimisation d’un impact sur l’accès à Facebook par la population belge ». Frederic Debusseré, l’avocat de la Commission de la vie privée précise: « Il s’agit d’une procédure en référé, ce qui veut dire que tant que la décision n’a pas été réformée, le jugement reste de vigueur ».

Une histoire à suivre de près dans les prochains jours !

Share this post

François Raymackers

Étudiant en ingénierie industrielle

Aucun commentaire

Ajoutez votre commentaire