Le Darknet et TOR : les explications + les bonnes pratiques

TOR ainsi que le darknet ou deepweb sont des mots souvent cités sur internet mais rares sont les personnes qui savent vraiment ce que ces derniers veulent dire. Je vous propose donc de découvrir, dans cet article, le monde du deepwep / darknet avec son navigateur nommé « Tor ».

Le darknet ou les 90% d’internet auxquels vous n’auriez jamais eu accès

Vous êtes un humain, moi aussi. Vous utilisez donc Google (ou Bing ou Yahoo, là n’est pas la question). Vous trouvez ce que vous cherchez et dans le meilleur des mondes, tout va bien.

Mais vous n’aurez jamais accès qu’à 10% d’internet. Le reste, c’est le darknet. Un internet caché, dans l’ombre, et il ne vous tend pas les bras à travers un moteur de recherche, non. Pour trouver le vrai internet, il va falloir chercher, creuser, vous enfoncer dans la face sombre du web !

darknet 90 pour cent de internet

Grosso modo, dans le darknet, nous trouvons tout ce qui ne devrait pas être sur internet, pour le meilleur, mais aussi et surtout le pire comme des activistes politiques souhaitant contourner la barrière de censure en Chine, mais aussi des ventes d’armes, de drogue, des rencontres entre tueurs à gages et même pornos ainsi que des pédophiles (oui, vous avez bien lu… ça fait froid dans le dos). Vous êtes prévenus.

Or, il n’y a pas « que » votre santé mentale qui est en jeu, mais aussi celle de votre ordinateur : le darknet est un véritable nid à virus, et ne vous croyez pas exclus si vous êtes sous Mac, tout le monde y a droit !

Il faut donc solidement se protéger. Le mieux, c’est de prendre un vieux PC plutôt pourri qui ne vous sert pas et qui devrait déjà être à la poubelle depuis des siècles, sans mot de passe enregistré dessus ni achats effectués, comme ça, si il tombe en rade, ce ne sera pas une grosse perte.

Vous devez vous imaginer que j’exagère. J’aimerai, mais ce n’est pas le cas. On ne va pas sur le darknet comme on va chez Mamie.

Pour vous donner un ordre d’idée, ce serait plutôt comme sauter d’un avion en marche. Il va vous falloir un sacré parachute. Ou bien vous pouvez faire le choix de ne pas en avoir mais, dans ce cas, c’est un gros skrotch au sol garanti.

Ok pour les risques, comment aller sur le darknet ?

C’est là qu’intervient TOR, The Onion Network, le navigateur qui va vous rendre totalement anonyme sur le darknet comme sur le net « normal ». Parce que oui, aller sur des sites de vente d’armes, de weed, ou de faux papiers … C’est illégal et pas qu’un peu. Bon tout de même, vous vous doutez bien que les autorités s’en foutent de vous, car avant tout, c’est le propriétaire du site qui les intéresse.

Il faut vous protéger et, en particulier, protéger votre précieuse adresse IP qui vous identifie sur internet.

Un peu d’explications : en temps normal, lorsque vous allez sur internet, votre navigateur envoie une requête au serveur qui contient la page web et qui à son tour contient votre adresse IP pour que le serveur puisse répondre; il vous répond en vous envoyant la page, et voilà qu’elle s’affiche sur votre écran.

Et, accessoirement, le site enregistre votre IP pour se souvenir de vous (quoi vous croyez être anonyme sur internet ? La bonne blague…) et que vous n’ayez pas à retaper votre identifiant/mot de passe comme par exemple sur Facebook.

Il y a une IP par « box » internet et, en demandant au FAI (Fournisseur d’Accès Internet), on peut récupérer votre identité juste avec votre IP (rassurez vous, seule la police peut demander aux FAI des quelconques informations personnelles et s’en est toute une procédure, pas le petit gamin du coin).

Sur TOR, votre requête, c’est à dire votre demande au site web va passer par tout un tas de serveurs un peu partout dans le monde. Et c’est le site web à qui vous demandez la page qui ne connaîtra donc pas votre adresse IP.

Il va répondre au dernier serveur de la liste qui va la retransmettre à toute la chaîne de serveurs et, enfin, votre page web s’affichera.

TOR tient d’ailleurs son nom de là : The Onion Network, le réseau oignon, car un oignon a plein de couches tout comme votre requête et votre page web qui vont passer par plein de couches ou autrement appelées serveurs.

tor réseau monde

Bien entendu, les serveurs entre vous et celui qui héberge la page web n’ont pas accès à la requête car tout est crypté (à l’exception du dernier serveur qui doit décrypter votre requête car le site web ne pourra pas recevoir une requête cryptée).

Votre requête ainsi que votre page web feront donc le tour du monde plusieurs fois avant d’arriver sur votre ordinateur. C’est la raison pour laquelle TOR est assez lent. Cependant, c’est un mal nécessaire si vous souhaitez aller sur le darknet, parce qu’inutile de répéter qu’aller sur les sites présents sur le côté obscur du net sont peu ou pas fort légaux.

La législation de TOR

Télécharger TOR est légal. Aller sur des sites de vente d’armes est légal. Acheter des armes, des faux papiers, des faux billets, etc est là illégal.

C’est bel et bien l’achat qui est illégal, en bref et non pas la consultation des sites web présents. Après tout, vous ne faites rien de mal, vous allez juste sur internet, rien de plus. C’est uniquement l’achat de produits illégaux qui est, justement, illégal.

Mon point de vue personnel est que le darknet est bien pour « savoir comment c’est »: on regarde, on ne touche pas. Il est enrichissant de savoir comment ça se passe, ce qu’est la partie sombre d’internet et du monde en général mais acheter ce genre de choses est très dangereux, sans parler de ce que peut provoquer leur utilisation…

Attachez vos ceintures, on démarre : utilisation de TOR

Prêts pour découvrir ce qui vous a toujours été caché ? Commençons par télécharger TOR à cette adresse. On l’installe comme un programme classique, je ne vais pas vous faire l’affront de détailler cette étape.

Vous n’avez désormais plus qu’à démarrer TOR. Cliquez sur « Connect » et c’est parti !

TOR utilisation

Les adresses utilisées par le darknet ne sont pas celles auxquelles vous êtes habitués. L’adresse de ce blog, par exemple, est h5ckfun.info. Un truc simple et explicite, alors qu’une adresse TOR est de la forme [pâté de caractères].onion. Par exemple : xmh57jrzrnw6insl.onion pour Torch, le moteur de recherche de TOR.

Commencez par taper cette adresse dans TOR: http://torlinks.info/hidden-tor-links/. La page a beau être plutôt dépaysante, elle ne référence qu’une infime partie du darknet, vous ne trouverez donc pas tout sur ce site.

La monnaie utilisée est bien entendu le BitCoin (cf : portefeuille pour bitcoins en clé USB), une monnaie impossible à tracer, crypter au possible.

Un BitCoin vaut, le jour où est écrit cet article 234€ ou 267$. Cela semble beaucoup mais ne vous inquiétez pas, le BitCoin est divisible jusqu’à sa 8è décimale, ce qui signifie que vous pouvez avoir jusqu’à 0.00000001 BitCoin alors que l’Euro ou le Dollar ne l’est que jusque sa 2è décimale.

Voilà, vous savez tout sur TOR (ou presque …), libre à vous d’en faire ce que vous voulez. N’oubliez jamais que la vigilance et la prudence est votre meilleure défense contre les dangers du darknet !

Share this post

  1. Rinrynque 23 octobre, 2015 at 22:41

    Il me semble que l’article fait une confusion entre le réseau TOR, le deepweb et les darknets.
    Pour résumer, selon wikipedia : Le web surfacique est le web indexable par les moteurs de recherche, tandis que le deep web est le reste (pages/interfaces protégées par un login, derrière un paywall, etc). « Le darknet » n’est pas un terme adéquat pour désigner le réseau oignon (qui n’est accessible qu’avec TOR justement), puisque en fait on désigne par darknet tout réseau privé/chiffré/F2F, mais plutôt les petits.
    Selon Vsauce, le deepweb fait 80% du web :
    https://www.youtube.com/watch?v=scWj1BMRHUA
    Le réseau TOR n’est à mon avis pas aussi gros.
    C’est dommage surtout que l’article commence en disant que beaucoup de gens ne savent pas ce que ça veut dire.
    J’admet quand même que « Le Darknet » ça sonne mieux que « le réseau oignon »

  2. Adrien Russo 23 octobre, 2015 at 23:28

    Merci pour votre commentaire intéressant. Concernant ce petit mal entendu, nous discuterons cela …

    Cependant, le darknet n’est peut être pas le terme adéquat pour désigner le RÉSEAU oignon, mais il y a tout de même un lien plus qu’évident. C’est une précision …

    Adrien.

  3. Mathieu 4 novembre, 2015 at 15:16

    Alors en lisant ton article il m’a semblé obligé de rectifier certains points:
    Premierment alors niveau sécurité c’est comme partout, il faut faire attention aux endroits ou l’on va et prendre les précautions en fonction de ceci (d’ailleurs c’est pour ça que no-script est déjà installé dessus).
    Aprés TOR signie The Onion Routing ou The Onion Routeur.
    Aprés : « le navigateur qui va vous rendre totalement » non plus il est possible de retrouver quelqu’un derriere TOR.
    Ensuite le moteur par défault de tor est duckduckgo qui nous permet même depuis un navigateur « normal » de voir les liens en .onion mais pas d’y acceder.
    Et puis en monnaie utilisé il n’y a pas que le bitcoin bien que se soit le mieux :p
    Le pcs est aussi utilisé notament pour sa facilité de cashout.
    Et pour finir il me reste deux choses à dire, les marchés du darknet s’évaporent pour certains de tor (du .onion) pour aller vers d’autre endroit(I2P, Freenet…)
    Et le plus important : TOR est un outils magnifique pour la libetré d’expression et de non censure (bien qu’il à était crée par l’armée américain xD)

  4. Adrien Russo 4 novembre, 2015 at 15:26

    Ok bon, des petits détails SUBJECTIFS donc personnels qui sont bon à rajouter, mais, le contenu de l’article n’est pas une erreur.

    On se comprend, donc, merci pour cet ajout… 🙂

  5. Ph0enix95 6 novembre, 2015 at 09:33

    Il ne faut pas oublié que Tor est déserté peu à peu au profit de réseaux undergrounds plus sûrs comme I2P par les « gros » du blackmarket. Raison ? Tor aurait au moins une vulnérabilité critique permettant de percer l’anonymat d’une personne derrière Tor… Du coup, cela entache fortement la sûreté du réseau ! Bien entendu, il est toujours possible d’additionner les protections, par exemple en couplant Tor avec un VPN.

    Prudence 😉

  6. newsoftpclab 19 novembre, 2015 at 15:33

    Quand je pense à tor je me souviens de certains cryptages que l’on disait incassable mais qui avaient déjà été crackés depuis longtemps.Vous allez voir dans quelques temps…

  7. Schuler 7 février, 2016 at 23:10

    Bonsoir,
    Je suis a la recherche, moyennant retour lucratif, d’une formation sur l’utilisation de TOR !
    Comment y accéder , comment ce diriger à travers cet univers , comment s’y retrouver et y prendre plaisir et assurance !
    Merci pour votre retour
    Bien a vous
    Tof

  8. yasker 27 mars, 2016 at 10:56

    c’est pas top de dire ça tu te rabaisses au même niveau que se « bougnoul ».
    Un bougnoul parmi tant d’autre.

  9. TITI 18 avril, 2016 at 00:45

    les bougnoules c’etait les français qui livraient le charbon et ce sont les allemands qui les ont appeller de la sortent….. les gueules noires…. connaitre l’histoire peu aider a ne pas dire de conneries.
    sur ce 😀

  10. joseph 18 avril, 2016 at 01:58

    ernest ….. tu m as l aire d un facho !!!!!! rappel toi certain cour d histoire ou si tu n es pas aller a l ecole regarde autour de toi ou amène ce genre de pensée !!!!

  11. Fab 19 avril, 2016 at 01:13

    Sérieusement? Tu es prêt à payer alors qu’il existe des dizaines de tutoriels gratuits sur le net (de qualité variable, certes)?? Va jeter un œil sur OpenClassrooms : il y a un très bon cours sur Tor.

    (Des hackers plus paranos que moi dirait que tu es un flic qui tente de débusquer du pirate…)

Post a new comment